8. Juni 2018 Johannes Wolters

Paris: Lettre de Jack Lang à ministre de la culture Françoise Nyssen – Film d’animation, suppression France 4

French Animation Industry Dismayed by Proposed Broadcasting Reforms

Jack LANG, ministre de la culture de François Mitterrand, a relancé dans les années 80 le film d’animation français qui se trouvait alors en grave crise. Son plan a non seulement sauvé cette économie culturelle mais il a permis de transformer l’animation française en fleuron culturel mondial qui place la France aux premiers rangs.

A la veille du Festival d’Annecy, l’angoisse est grande parmi les producteurs et les créateurs qui redoutent que la disparition de la quatrième chaine ne mette en péril le film d’animation.

Jack Lang lance un cri d’alarme et s’adresse aujourd’hui à la ministre de la culture Françoise Nyssen.

 

Chér Madame la insitre,

Je m’adresse à vous avec confiance.

Au début des années 80, l’animation française se trouvait dans une situation de déshérence. Les enfants regardaient presque exclusivement des programmes venus des Etats-Unis et du Japon. Les créateurs partaient aux Etats-Unis ou dans les pays de l’Est. Les producteurs délocalisaient majoritairement leur travail dans des studios étrangers. Le climat était à la régression, à la déliquescence, à la déprime.

En 1983, j’ai pris le taureau par les cornes, et instauré un système de soutien spécifique par le CNC, combiné à des obligations de diffusion et d’investissement par les télévisions publiques. Cette action continue, déterminée et lucide de l’Etat a permis l’émergence d’une industrie d’excellence, un fleuron culturel dont nous pouvons être fier. Et qui a fait de la France un des leaders mondiaux, que le monde nous envie.

L’animation est un écosystème dense, dynamique mais fragile.

C’est un secteur jeune et dynamique: un réseau d’écoles d’excellence, de création d’emplois, de succès à l’exportation, un tissu de créateurs unique au monde. Il est aussi la source d’un rayonnement international fort : succès d’audience sur toutes les grandes chaînes américaines, présence continue sur tous les continents (plus de 21 millions d’entrées en salles dans le monde!).

Ce succès économique, mais aussi culturel, porte la voix de la France sur les écrans du monde entier.

La suppression de France 4 risque de reléguer l’animation française et l’identité des programmes jeunesse de notre pays loin dans le passé.

Pour 25% des enfants, et notamment les plus défavorisés, France 4 est le seul accès à des programmes dédiés, gratuits et sans publicité.

Pour les mieux équipés, supprimer France 4, c’est risquer de jeter les enfants dans les bras d’internet et des grands réseaux américains, c’est exposer les enfants à plus de publicité, ciblée ou non.

Penser que la diffusion des films d’animation puisse être uniquement numérique est une illusion. Dans le monde, il n’existe aucune plateforme numérique dédiée aux enfants sans l’appui d’une diffusion hertzienne forte.

Le succès foudroyant de l’animation sur la plateforme numérique de France Télévisions est exemplaire : il est concomitant avec l’avènement de France 4.

Dédier une chaine hertzienne à la jeunesse, comme l’ont fait nos grands voisins, c’est assurer une mission de service public, donner un repère aux parents et aux enfants, continuer à dynamiser une filière dont l’excellence n’est plus à prouver.

Madame la Ministre, je partage votre conviction que l’action publique est efficace si elle est conduite avec détermination et lucidité. Quand il y a une volonté politique forte et claire, soutenue par une vision réfléchie, des mesures parfaitement ciblées peuvent engendrer un miracle. C’est cette conjonction qui a engendré la « success story » de l’animation française à laquelle je suis si attaché et dont nous devons être fiers.

Je vous prie de croire, Madame la Ministre, en l’expression de ma considératio

Jack Lang

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.